Saisir vos identifiants

Ecrire à JP


Saisir votre séance

* Ecrivez au Webmaster pour la création d'un cinéma
Star Trek Into Darkness

DaveBi

Jeudi 20/06/2013
noir c'est noir..

Le précédent ne m'avait pas complètement convaincu à cause je crois d'un scénario qui n'était pas complétement original. Ce second opus m'aura laissé lui aussi insatisfait. La bande annonce laissait espèrer un film d'action pur jus avec moultes explosions spatiales ... Effectivement le début du film pétarade sec. Hélas ça s'essoufle assez vite une fois le méchant attrapé car bon ne partie du film se passe avec un vaisseau Enterprise en panne... Il faut avouer que le méchant pour le coup est charismatique, les effets spéciaux sont réussis , les acteurs sont plutot bien même si Spock m'a semblé moins Spock que dans le précédent et si je n'ai pas retrouvé l'alchimie entre les personnages qui faisait le charme de la série. mais bon encore fois je trouve qu'il ne se passe pas enormement de choses dans le film , ça reste un peu plan plan. alors il est vrai que l'esprit de la série est respecté mais peut etre est ce cela le problème, des grands décors avec 10 personnes dedans , une partie de l'action qui se passe dans la salle de commandement , une recontre avec les klingons tout ça s'est bien la série mais du coup c'est bien pour un épisode à la télé mais un peu léger quand on compare avec un star wars . Star wars auquel on ne peut que penser lorsque dans une scène Spock et Khan se batte sur des véhicules volants. Les fans y trouveront le compte , perso pas de regret de lavoir vu mais j'ai trouvé ça moyen . Même le titre Into darkness laissait justement espèrer quelque chose de plus sombre tels les derniers Batman.
 

avatar16

Mercredi 12/06/2013
Longue vie et prospérité !

En 2009, J.J. Abrams, après un Mission : Impossible III qui aura suscité bien des avis mitigés (et qui se retrouve pourtant être l’un des meilleurs films de la saga d’après la presse, le meilleur opus actuel pour ma part), c’est à une saga en très grande perte de vitesse que le papa d’Alias et de Lost – Les Disparus doit remettre sur les rails. Était-ce un bon choix de donner les rênes à un réalisateur de séries TV qui, en plus de cela, n’est pas un fan de l’univers qu’on lui offre ? Eh bien oui ! Star Trek version Abrams, bien qu’imparfait, a su redonner une véritable jeunesse aux aventures de Kirk et de Spock à bord de l’U.S.S. Enterprise. Un succès méritant qui s’est confirmé avec le box-office américain (en France, nous avons toujours été réticents envers Star Trek). Et qui veut se perpétuer avec cette suite très attendue, qui promet bien plus que son prédécesseur. Pari réussi ? Pour rappel, l’Abram’s Star Trek se présentait comme un reboot pure de la série, non comme un remake. Et au lieu de repartir de zéro (comme tout reboot qui se respecte), l’histoire du film se passait en parallèle de ce que nous racontaient les autres films (script assez complexe mêlant voyage dans le temps), amenant les personnages et leur destinée vers un tout autre chemin. Une route nouvellement tracée qui n’empêche pas l’affrontement de nos héros face au terrifiant John Harrison, alias Khan, déjà au centre de Star Trek II : la Colère de Khan. Comme quoi, interférer avec le temps ne change pas le destin finalement ! Mais fort heureusement, cela à amener J.J. Abrams et son équipe de scénaristes à bâtir une histoire originale. Originale ai-je dit ? Un script de vengeance mettant en scène un antagoniste, équivalent diabolique du héros manipulateur et sans scrupules, ressemblant fort au Joker de The Dark Knight et à Raul Silva de Skyfall. Nous sommes bien loin du premier film, qui proposait un spectacle plutôt complexe pour les néophytes (même un peu trop avec toutes ces distorsions du temps). Mais Into Darkness possède un atout que n’a pas son prédécesseur : des personnages travaillés ! En effet, le scénario préfère se baser sur les émotions et réflexions de chacun pour enchaîner intelligemment les séquences d’action. Instaurant au récit bon nombre de thèmes (la confiance, l’amitié, à quel moment doit-on enfreindre les règles, les respecter…). Des sujets qui permettent de donner énormément d’ampleur, notamment à Kirk (tête brûlé qui va enfin briser son armure décontractée pour sortir de l’ombre de son père) et à Spock (devant surmonter son inexpressivité de Vulcain pour comprendre ce qu’est l’amitié et l’amour véritables). Ce qui n’empêche pas une petite déception : celle de voir certains personnages/relations travaillés et pas d’autres (la relation Spock/Uhura survolée, celle de Carol Marcus et de son père non exploitée, les personnages de Bones et Chekov ne servant que de seconds couteaux…). D’où la frustration d’avoir une histoire travaillée (qui n’oublie pas le second degré et les références à la série) mais qui semble incomplète. Un script bancal, largement rattrapé par le reste du film ! Déjà en 2009, J.J. Abrams et l’équipe d’Industrial Light & Magic avaient livrés un visuel époustouflant à la saga. Avec des jeux de lumières, des textures et un rendu appétissants pour la rétine. Avec ce second opus, le résultat se montre à la hauteur, et même bien plus ! On sent bien qu’ILM a démarré avec Star Wars, améliorant au fil des années sa manière de mettre en image un space opera. Nous proposant ainsi des séquences visuellement ahurissantes (un Londres et un San Francisco futuristes, le cœur d’un volcan en fusion, l’espace, un passage en scaphandre qui rappelle un certain Dead Space…). Et n’oublions pas la musique de Michael Giacchino, qui modernise le thème de la série (comme pour le film précédent) et l’accompagne de partitions qui donnent au film des airs de blockbuster aussi bien spectaculaire qu’intimiste. Vient également la mise en scène de J.J. Abrams. Confirmant que le bonhomme se montre être (après Mission : Impossible III, Star Trek et Super 8) un véritable faiseur de divertissements. Si celle-ci ne se montre pas des plus originale, elle n’en reste pas moins grandiose et énergique. Offrant aux séquences d’action un véritable punch qui se marie aisément avec les effets spéciaux et le montage pour donner aux spectateurs ce pour quoi ils se sont déplacés en salles. Car si le scénario reste maladroit, Star Trek Into Darkness redonne au genre « blockbuster estival » toutes ses lettres de noblesse : un déballage ahurissants d’effets spéciaux, de costumes et décors au service d’un divertissement exceptionnel, qui déménage le public et l’impressionne de bout en bout, sans jamais l’ennuyer ! J.J. Abrams n’a, de ce côté-ci, plus rien n’à prouver ! Ah oui, n’oublions pas la distribution ! Et il est fort étonnant de dire que tous, quelque soit leur rôle, arrivent à s’en sortir haut la main ! À commencer par Chris Pine, décontracté et qui prouve qu’il peut aller dans le registre émotionnel et sérieux quand il le faut. Zachary Quinto, très grand Spock qui fait aussi bien ressortir le Vulcain que l’Humain qui sommeille en lui. Et puis, viennent Simon Peck et Karl Urban pour l’humour, Zoë Saldaña et Alice Eve pour le glamour, John Cho et Anton Yelchin pour le naturel, et Bruce Greenwood pour le professionnalisme. Mais tous, sans exception, ne font pas le poids face à Benedict Cumberbatch, le Sherlock Holmes « modern » de la série TV, qui nous livre ici l’un des méchants les plus mémorables du cinéma. Grandement charismatique, cruel, impressionnant… tout pour s’approprier l’écran à son avantage, pour notre plaisir ! Après quelques démarrages pourtant annoncés comme des poids lourds (Oblivion, Upside Down et After Earth), l’année SF qu’est 2013 prend enfin son envol avec J.J. Abrams, qui permet du coup à diminuer nos craintes concernant Star Wars VII. En effet, pour ceux qui l’ignorent encore, le cinéaste va quitter la saga Star Trek pour s’occuper de celle de George Lucas (du moins, le septième opus). Et avec Into Darkness, Abrams prouve qu’il peut fournir un space opera visuellement grandiose et hautement divertissant. Ne reste plus qu’aux studios Disney de ne pas trop s’impliquer dans le projet, au risque de nous livrer un autre John Carter. À J.J. Abrams : longue vie et prospérité !!
 
JP's Box-Office (Depuis Juillet 1998)
Version 8.1.0
18 815 films référencés - 949 filmographies complètes - 1 198 membres