Saisir vos identifiants

Ecrire à JP


Saisir votre séance

* Ecrivez au Webmaster pour la création d'un cinéma
Hitman & Bodyguard
The Hitman's Bodyguard

Loubacca

Jeudi 07/09/2017
Classique buddy movie sans valeur ajoutée

Ce qui est à la fois bien et assez énervant avec "The Hitman's Bodyguard", c'est qu'il correspond en tous points à ce qu'on peut en attendre. Ce qui est bien, c'est qu'au moins on n'en sort pas déçu. Le duo Reynolds/Jackson fonctionne parfaitement, avec la synergie tout ce qu'il y a de plus classique d'un duo de "buddy movie" : deux personnages qui de base se détestent mais doivent collaborer, se sauvant mutuellement la vie, devenant potes sur la route... comme d'hab', quoi, et ça marche, on s'amuse, même si on a déjà vu ça cent fois, on se prend au jeu. Le film est assez drôle sans être hilarant, quelques répliques font franchement rire (en VO pour les plus anglophones, car elles sont souvent extrêmement mal traduites), venant généralement du personnage de Samuel L. Jackson. Mais ce qu'il y a d'énervant, c'est qu'on a souvent l'impression que le film aurait pu être plus réussi assez facilement. Déjà, il est clairement trop long, environ deux heures, c'est facilement 20 à 30 minutes de trop pour quelque chose d'aussi banal. Comme dit précédemment, le scénario contient ce qu'on pouvait en attendre, mais RIEN de plus, pas la moindre recherche d'une once d'originalité ou de surprise : au premier plan de chaque scène, on sait déjà ce qui va s'y passer... du coup, malgré l'énergie, ça finit forcément par traîner un peu. La mise en scène est généralement assez médiocre (à l'exception de deux scènes de combat successives en faux plans séquences à Amsterdam avec Ryan Reynolds), avec de multiples scènes de flash-back à la fois inutiles et totalement ratées, ou les scènes pseudo-sentimentales entre Reynolds et son ex-femme, avec des dialogues et musiques gnangnans dignes d'une parodie des Inconnus... mais sans l'humour. La photographie brille par sa laideur : de nombreux plans sont à moitié flous (ça semble parfois ajouté en post-prod, totalement incompréhensiblement), on a souvent l'impression étrange que plein de plans très banals ont été tournés sur fond vert et incrustés ensuite, mais très mal, tant les personnages au premier plan ne semblent pas intégrés dans le reste de l'image ; pourtant un blooper dans le générique de fin laisse semble prouver que ce n'était pas le cas. La musique est lourdingue. Et le pauvre Gary Oldman qui joue un président biélorusse bidon... n'en parlons pas. Donc voilà, c'est un peu le film parfait à regarder d'un seul œil un dimanche soir dans trois ans à la télé pour passer un assez bon moment, rire un peu, mais le laisser sitôt après se mélanger dans un recoin de notre mémoire avec les centaines de films rigoureusement similaires que l'on aura déjà vus.
 
JP's Box-Office (Depuis Juillet 1998)
Version 7.5.4
17 640 films référencés - 901 filmographies complètes - 1 089 membres